Mars 2021 au T2G

Communiqué

Depuis un an nous sommes presque entièrement privés de vie sociale, séparés les un·e·s des autres et de tout ce qui fait le cœur et la motivation de nos actions : la rencontre, le partage, l’échange. Nous sommes inquiets pour l’avenir du service public de la création, pour les artistes, pour les intermittent·es·, pour les travailleuses et travailleurs précaires de tous les secteurs, pour les étudiant·e·s et la jeunesse en général.

Lire l’appel à la mobilisation du réseau des 38 Centres Dramatiques Nationaux ci-dessous :

Communiqué des Centres Dramatiques Nationaux

Alors que la mobilisation des acteur·rice·s du secteur culturel s’amplifie, que se multiplient les occupations de théâtres par les coordinations intermittent·e·s et les étudiant·e·s, que notre syndicat, le SYNDEAC, appelle à des journées d’actions, nous, directrices et directeurs de CDN, réuni·e·s en assemblée générale, réaffirmons notre mobilisation pour obtenir des réponses plus complètes que celles apportées par le Premier Ministre, ce 11 mars, à l’ensemble des demandes portées par les acteur·rice·s du secteur culturel :

♦ Nous demandons, la réouverture de nos lieux au public dans les plus brefs délais, sur la base du protocole de reprise d’activité graduée, proposé dès le mois de janvier par plusieurs organisations professionnelles (SYNDEAC, SNSP, FORCES MUSICALES, PROFEDIM).

♦ Que cette réouverture soit immédiatement assortie d’une prorogation indispensable des droits des intermittent·e·s et que les crédits dédiés au plan de relance soient urgemment mobilisés afin de soutenir directement l’emploi dans notre secteur, ainsi que les professionnel·le·s les plus fragiles qui sont aujourd’hui menacé·e·s par une précarité extrême.

♦ Que soit mis en place un accompagnement prioritaire et urgent de la jeunesse et de la nouvelle génération d’artistes coupés en plein envol et sans visibilité sur l’avenir.

♦ Qu’une attention forte soit accordée aux incohérences sociales des salarié·e·s en fin de droit, en congé maladie ou maternité et une résolution de ces situations.

♦ Que notre gouvernement suspende tout projet de réforme des conditions d’accès à l’assurance chômage dans un contexte où les plus fragilisé·e·s de nos concitoyen·ne·s sont déjà les grandes victimes de la crise économique que nous traversons.

En l’absence, depuis deux mois, de réelle prise en considération par le gouvernement des propositions portées par les organisations professionnelles, les 38 CDN que nous représentons sont pleinement engagés, partout sur le territoire, dans l’intensification du dialogue intersyndical pour soutenir la convergence des revendications des salarié·e·s et des employeur·se·s du Théâtre public.

Nous serons pleinement mobilisés pour deux journées d’actions communes, à l’initiative du SYNDEAC, sous le mot d’ordre « Le printemps est inexorable » – #feuvertpourculture. Les 20 et 21 mars, nous inviterons citoyen·ne·s et élu·e·s, à nous rejoindre pour faire entendre le besoin d’art, de culture et de justice qui nous animent tou·te·s.

Parce qu’aujourd’hui nous considérons que le travail que nous avons collectivement produit pour permettre en toute sécurité le retour des publics dans nos salles, ne légitime plus la fermeture de nos établissements. Nous observons, et certaines études le démontrent, que l’atteinte psychologique de nos concitoyen.ne.s (dont nos collègues intermittent·e·s et salarié·e·s permanent·e·s) est une conséquence directe, grave et durable de la perte de toute sociabilité – que celle-ci se vive dans nos lieux ou dans les espaces de convivialité que sont les restaurants et les cafés. Nous nous alarmons de voir s’accroître les inégalités sociales, la dégradation de la situation financière des plus précaires et des étudiant·e·s.

Aujourd’hui, ce que nous pensions être un régime d’exception est en train de s’installer dans la durée pour devenir une norme. Une norme qui peut laisser penser que l’interruption de la vie culturelle n’est considérée que comme la mise à l’arrêt d’un secteur économique, et non comme le renoncement à une activité essentielle à la bonne santé mentale des individus, à la vie en communauté et à l’éducation de la jeunesse.

Le Conseil d’État lors de son jugement rendu au mois de décembre à l’occasion du référé-liberté déposé par les organisations professionnelles, soulignait que la fermeture de nos lieux ne pouvait s’inscrire dans la durée sans porter une atteinte injustifiée à plusieurs libertés fondamentales dont la liberté d’expression et de création. Aujourd’hui, un an après le début de cette crise, nous y sommes.

Robin Renucci, Emilie Capliez, Benoît Lambert,
Mathieu Bauer, Chloé Dabert, Nathalie Garraud,
Renaud Herbin, Joris Mathieu,
Conseil d’administration de l’Association des centres dramatiques nationaux

Mobilisation

Nous nous sommes associés aux journées d’actions communes lancées par le Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles sous le mot d’ordre « Le printemps est inexorable » #feuvertpourculture, le samedi 20 mars 2021 sur le parvis du théâtre, pour un moment de dialogue et de musique en compagnie de l’équipe du théâtre, des apprenti·e·s de l’ESCA, de Patrice Gelbart, chef du restaurant Youpi au théâtre, avec la participation du Conservatoire Edgar-Varèse de Gennevilliers. Lire la revue de presse ci-dessous :

→ “Théâtre de Gennevilliers occupé : un happening en forme de SOS des intermittents du spectacle”, Le Parisien
→ “Les Théâtres vaquent à leur occupation”, Libération
Reportage du JT France 3 Île-de-France du dimanche 21 mars 2021