T2GThéâtre de Gennevilliers
Menu

Théâtre

Création 2020

Du 10 au 14 décembre 2020

1h20

Plateau 2

mauvaise

debbie tucker green
Sébastien Derrey

Une famille. Une injonction tacite au silence qui imprègne tout. On n’entend pas, on ne voit pas. Comment désobéir à ce qui nous constitue, et qui nous tue. Comment briser la règle du silence. Quand la parole arrive la famille explose. Une polyphonie où les voix se frottent et se cognent dans une langue brute et directe où affleurent d’effroyables non-dits. Adaptation de l’œuvre d’une figure éminente de l’avant garde dramatique anglaise, debbie tucker green, qu’on découvre en France avec ce texte.

Texte : debbie tucker green Traduction de l’anglais : Gisèle Joly, Sophie Magnaud, Sarah Vermande, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale Mise en scène : Sébastien Derrey Avec : Océane Caïraty, Nicole Dogué, Jean-René Lemoine, Bénédicte Mbemba, Josué Ndofusu Mbemba, Séphora Pondi Collaboration artistique : Nathalie Pivain Son : Isabelle Surel Lumière : Christian Dubet Scénographie : Olivier Brichet Costumes : Élise Garraud Administration : Silvia Mammano Régie Générale : Pierre Setbon La pièce mauvaise (born bad) a été créée au Hampstead Theatre, Londres, le 29 avril 2003. Elle est représentée en France par Séverine Magois, en accord avec The Agency, Londres Production : migratori K merado Coproduction : T2G — Théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National ; MC93, Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis ; TNS — Théâtre National de Strasbourg Avec l’aide de la DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France et de la SPEDIDAM - LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, D.R.A.C. et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Studio-Théâtre de Vitry Le texte en langue française va être publié prochainement aux Éditions Théâtrales Spectacle créé le 11 novembre 2020 à la MC93, Maison de la culture de Seine-Saint-Denis à Bobigny
Jeudi
10.12
20h
Vendredi
11.12
20h
Samedi
12.12
18h
Dimanche
13.12
16h
Lundi
14.12
20h

Tarifs à partir de 6 € / 10 € pour tou·te·s avec le carnet T2G
Suivez-nous sur instagram et photographiez votre visite avec #T2Gennevilliers

debbie tucker green

Dès son apparition sur la scène anglaise au début des années 2000, debbie tucker green a très vite été reconnue comme l’une des écrivaines dramatiques les plus originales de sa génération et l’une des voix féminines les plus fortes et engagées en Angleterre aujourd’hui. mauvaise (born bad) — elle tient à ce que son nom et le titre de ses œuvres soient toujours orthographiés en minuscules — est sa deuxième pièce. Elle a remporté le prix Lawrence Olivier de la révélation théâtrale en 2004. Sa production prolifique est largement reconnue et ses pièces sont régulièrement jouées en Angleterre, en Allemagne et aux États Unis. Elle écrit également pour la radio, le cinéma et la télévision. Son adaptation télévisuelle de sa pièce random a remporté le prix du meilleur film au MVSA festival de Birmingham et le prix du meilleur téléfilm aux BAFTA de 2012. Elle a écrit et réalisé le film Second Coming, qui a remporté le Big Screen award au Festival International du film de Rotterdam en 2015. La même année elle a reçu le prix de littérature Windham Campbell. C’est aussi une des figures les plus discrètes de la scène anglaise, qui n’a donné que très peu d’interviews et d’images d’elle-même. À partir de situations et de cadres le plus souvent ordinaires et intimes, les pièces de debbie tucker green traitent de sujets actuels difficiles et extrêmes (inceste, violence domestique, meurtre, maltraitance, génocide, guerre civile, épidémie). De traumatismes qui, s’ils affectent principalement l’individu et le microcosme familial, interrogent aussi l’ensemble de la collectivité. Ses procédés dramatiques, son attention minutieuse à la forme et au langage théâtral ainsi que sa réflexion sur la distribution des acteu·trice·s, renouvellent la question de la violence et de la complaisance à son égard dans notre monde contemporain.

Sébastien Derrey

Sébastien Derrey débute en 1994 comme assistant avec Marc François. En 1996 il devient dramaturge de Claude Régy, ce qu’il restera pendant 13 ans, de La mort de Tintagile de Maurice Maeterlinck, jusqu’à Ôde Maritime de Fernando Pessoa, en 2009. Parallèlement, il est acteur pour Marc François (La Mort de Pompée et Cinna. de Corneille, 1994 ; Macbeth, de Shakespeare, 1996 ; Le Roi sur la place, d’Alexandre Blok, 1998), Noël Casale (Ce qui n’a pas été écrit, d’après Virginia Woolf, 1995 ; Le pont de Brooklyn, d’après Leslie Kaplan) qu’il assistera également (Clémence, de Casale, 2000), David Lerquet (L’Association provisoire 2001-02), Serge Cartellier (Agatha, de Duras, 2003). Passionné par la Langue des Signes Française, il anime depuis 2006 des ateliers de théâtre pour personnes sourdes et malentendantes. Il intervient aussi dans différents conservatoires et écoles de théâtre. Il a mis en scène pour la compagnie migratori k. merado : Est (Montevidéo, Théâtre de l’Echangeur, 2005 ; Anis-Gras, 2007) Célébration d’un mariage improbable et illimité, de Savitzkaya (Ramdam, La Fonderie, le Théâtre de l’Echangeur, Anis-Gras, 2006) ; EN VIE, Chemins dans la langue de Pierre Guyotat d’après les textes de Pierre Guyotat, 2009-10 (Ramdam, CCN de Rillieux la Pape, le CENTQUATRE-Paris, La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, le Théâtre de l’Echangeur) ; Mannekijn, de Frédéric Vossier, 2011-13 (Ramdam, le CENTQUATRE-Paris, le Théâtre de l’Echangeur, Anis-Gras). À la suite de ce projet, Frédéric Vossier écrit Tahoe (2013) pour la compagnie migratori k. merado comme une suite à Mannekjin (Théâtre de l’Echangeur, au Studio-Théâtre de Vitry, CENTQUATRE-Paris, à Théâtre Ouvert). Les deux spectacles forment un diptyque ; Amphitryon, de Heinrich Von Kleist, 2016-17 (MC93, La Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers ; Centre Dramatique National de Besançon, Théâtre Garonne, Scène européenne à Toulouse, Comédie de Reims, Centre Dramatique National). Il a mis en scène dernièrement Je pars deux fois, de Nicolas Doutey au Théâtre de l’Echangeur, février 2019. Il collabore parallèlement avec d’autres équipes et metteur·euse·s en scènes, dernièrement en tant que collaborateur artistique avec Stéphane Olry et Corine Miret de La Revue Éclair, pour le projet Le Cercle, et pour la création de La Tribu des lutteurs, Pièce d’actualité n°7 à la Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers (2016).

Crédits image :

Sarah Lee, The Guardian

Crédits image :

Sarah Lee, The Guardian