Théâtre

Création

Du 05 au 15 avril 2022

1h

mauvaise

debbie tucker green
Sébastien Derrey

Une famille. Une injonction tacite au silence. Comment désobéir  ? Comment briser la règle du silence ? Quand la parole arrive, la famille explose.

L’auteure, debbie tucker green, figure éminente du théâtre britannique qu’on découvre en France, situe l’action de la pièce au sein d’une famille, sans plus d’indications de lieu ni d’époque. Une pression contenue traverse cette journée durant laquelle Fille, l’aînée de la fratrie, provoque ses parents et ses frère et sœurs, et les pousse à parler. Les bribes de réponses sont ambiguës, parfois contradictoires, mais une fois la conversation engagée, plus personne ne sort.

Texte : debbie tucker green Traduction de l’anglais : Gisèle Joly, Sophie Magnaud, Sarah Vermande Mise en scène : Sébastien Derrey Avec : Océane Caïraty en alternance avec Lorry Hardel, Nicole Dogué, Jean-René Lemoine, Bénédicte Mbemba, Josué Ndofusu Mbemba, Séphora Pondi Collaboration artistique : Nathalie Pivain Création Sonore : Isabelle Surel Lumière : Christian Dubet Scénographie : Olivier Brichet Costumes : Élise Garraud Chant et coaching vocal : Émilie Pie Régie Générale : Virginie Galas, Pierre Setbon Administration : Silvia Mammano Production : migratori K merado Coproduction : T2G — Théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National ; MC93, Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis ; TNS — Théâtre National de Strasbourg Avec l’aide de la DRAC Île-de-France et de la SPEDIDAM. Une action financée par la Région Île-de-France. Avec la participation artistique du Jeune théâtre national, et le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec le soutien du Studio-Théâtre de Vitry. La pièce mauvaise (born bad) a été créée au Hampstead Theatre, Londres, le 29 avril 2003. Traduite et publiée aux éditions Théâtrales, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, elle est représentée en France par Séverine Magois, en accord avec The Agency, Londres. Spectacle créé le 11 novembre 2020 à la MC93, Maison de la culture de Seine-Saint-Denis à Bobigny.

debbie tucker green

Pour le théâtre, debbie tucker green a écrit de nombreuses pièces : dirty butterfly, born bad (mauvaise), trade, stoning mary, generations, random, truth and reconciliation, nut, hang, a profoundly affectionate, passionate devotion to someone (-noun), ear for eye (créées à Londres aux Royal Court, National Theatre, Young Vic, Soho Theatre, Hampstead Theatre, ainsi qu’à la Royal Shakespeare Company). Elle signe souvent les mises en scène de ses propres textes. En France, trois de ses pièces ont été traduites : born bad (mauvaise), par Gisèle Joly, Sophie Magnaud et Sarah Vermande, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale, stoning mary (lapider marie) et hang (corde. raide), par Emmanuel Gaillot, Blandine Pélissier et Kelly Rivière, pièce lauréate du prix Domaine étranger des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre 2019. D’abord mise en lecture par Sophie Loucachevsky à La Colline – Théâtre National, Sylvia Bergé à la Comédie-Française et Véronique Bellegarde à la Mousson d’été, mauvaise est créée à la MC93 - Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis dans une mise en scène de Sébastien Derrey en 2020. lapider marie a notamment été mise en scène par Rémy Barché dans le cadre du projet itinérant du Groupe 42 de l’École du TNS — Théâtre National de Strasbourg. debbie tucker green écrit également pour la radio (freefall, handprint, random, gone, lament, Assata Shakur – the FBI’s Most Wanted Woman), pour le cinéma et la télévision (swirl, second coming et des adaptations de ses pièces random et ear for eye). Pour born bad (mauvaise), elle a reçu le prix Laurence-Olivier de la révélation théâtrale et le prix états-unien OBIE qui récompense les pièces jouées Off-Broadway. Elle a obtenu de nombreux autres prix, dont le Gold ARIA pour son adaptation radiophonique de lament et le Big Screen Award au Festival international du film de Rotterdam pour son film second coming. Aux BAFTA Awards (équivalent britannique des Césars), second coming a été nommé dans la catégorie Meilleur premier long-métrage et random a reçu le prix du Meilleur téléfilm, ainsi que celui du Meilleur film au festival MVSA de Birmingham.

Sébastien Derrey

Sébastien Derrey débute en 1994 comme assistant avec Marc François. En 1996 il devient dramaturge de Claude Régy, ce qu’il restera pendant 13 ans, de La Mort de Tintagile de Maurice Maeterlinck, jusqu’à Ode maritime de Fernando Pessoa, en 2009. Parallèlement, il est acteur pour Marc François (La Mort de Pompée et Cinna de Corneille, 1994 ; Macbeth, de Shakespeare, 1996 ; Le Roi sur la place, d’Alexandre Blok, 1998), Noël Casale (Ce qui n’a pas été écrit, d’après Virginia Woolf, 1995 ; Le Pont de Brooklyn, d’après Leslie Kaplan) qu’il assistera également (Clémence, de Casale, 2000), David Lerquet (L’Association provisoire 2001-02), Serge Cartellier (Agatha, de Duras, 2003). Passionné par la Langue des Signes Française, il anime de 2006 à 2016 des ateliers de théâtre pour personnes sourdes et malentendantes. Il intervient aussi dans différents conservatoires et écoles de théâtre. Il a mis en scène pour la compagnie migratori k. merado : Est (2005-07) et Célébration d’un mariage improbable et illimité, d’Eugène Savitzkaya (2006) ; EN VIE, Chemins dans la langue de Pierre Guyotat d’après les textes de Pierre Guyotat, 2009-10 ; Mannekijn, de Frédéric Vossier, (2011-13) . À la suite de ce projet, Frédéric Vossier écrit Tahoe (2013) pour la compagnie migratori k.merado comme une suite à Mannekjin – les deux spectacles forment un diptyque ; Amphitryon, de Heinrich Von Kleist, 2016-17. Il a mis en scène dernièrement Je pars deux fois, de Nicolas Doutey (2019). Il collabore parallèlement avec d’autres équipes et metteur·euse·s en scène, dernièrement en tant que collaborateur artistique avec Stéphane Olry et Corine Miret de La Revue Éclair, pour le projet Le Cercle, et pour la création de La Tribu des lutteurs (2016). Il participe en tant que metteur en scène au projet Violente(s), commandité par Notoire-Thierry Bedard (création prévue en 2021).

Crédits image :

Christophe Raynaud de Lage

Crédits image :

Christophe Raynaud de Lage

Christophe Raynaud de Lage

Crédits image :

Christophe Raynaud de Lage

Crédits image :

Christophe Raynaud de Lage

Christophe Raynaud de Lage