T2GThéâtre de Gennevilliers
Menu

Danse Adolescence et Territoire(s)

Création 2021

Le 30 mai 2021

1h

Plateau 2

Young Yellow Years

Mickaël Phelippeau

Tout au long de la saison, le T2G soutient et accompagne la huitième édition du programme Adolescence et territoire(s) porté par l’Odéon-Théâtre de l’Europe, aux côtés de l’Espace 1789 à Saint-Ouen, et avec le soutien de Vivendi Create Joy.

« À situation exceptionnelle, édition d’Adolescence et Territoire(s) exceptionnelle ! Nous avons entamé durant la saison 19-20 une aventure qui nous semblait un long fleuve tranquille. Nous avons été contraint·e·s de suspendre celle-ci pour cause de confinement. Nous reprenons à quasi-zéro pour la saison 20-21. Ce que nous savons à cette heure, c’est ce qui réunit ce groupe mouvant, à savoir sa jeunesse. Dès lors, comment celui-ci se projette-t-il ? A-t-il des ambitions ? Quelles sont-elles ? Des insouciances ? Représente-t-il une jeunesse désenchantée ? Joyeuse ? Vindicative ? Nous prenons le temps de construire ensemble, de fabriquer à partir de leurs personnalités, de fouiller ce qu’il·elle·s ont envie de dire, d’exprimer, d’inventer voire de revendiquer. Des demandes ont été formulées : Qu’est-ce qui vous révolte ? Qu’est-ce qui vous fait vibrer ? Comment lutter contre la norme ? Pour quelle cause avez vous envie de danser ?
Ce projet va se re-travailler, se peaufiner, se ciseler jusqu’au jour de la première. Il sera question de « portrait de groupe », à son image. Dans l’Histoire de l’Art, ce dernier, devenu profane avec le temps, est un type d’œuvre peinte, dessinée, photographique, musicale ou littéraire, ici chorégraphique, figurant des scènes à caractère anecdotique ou familier. Chacun·e sera amené·e à porter le poids de sa propre parole, qu’elle soit textuelle ou corporelle… Ce portrait sera certainement vif, drôle, engagé, énergique, conscient, fou, satirique, révolté, festif, à l’instar des adjectifs qui définissent ces 30 adolescent·e·s aujourd’hui. Nous avons cherché ce qui, au-delà de l’âge, les réunit. Cette quête est toujours en suspens, mais nous pouvons reprendre les mots d’une chanson qu’il·elle·s chérissent et qui sera certainement dans le projet final :

Techno.
Toujours pareil.
Boum boum dans les oreilles.
Musique de défonce-man.
Pas de message normal.
Rien à dire.

Nous allons creuser ce qu’il·elle·s ont à dire, parce qu’il·elle·s ont vraiment beaucoup à dire. “(…) Pas de message normal” car la normalité n’existe pas et ce groupe le prouve ». Mickaël Phelippeau, juin 2020

Pièce chorégraphique : Mickaël Phelippeau Collaboration artistique : Hortense Belhôte & Marcela Santander Corvalán Création lumière : Abigail Fowler
Dimanche
30.05
16h

Suivez-nous sur instagram et photographiez votre visite avec #T2Gennevilliers

Mickaël Phelippeau

Après une formation en arts plastiques et un parcours d’interprète dans quelques compagnies de danse, Mickaël Phelippeau suit la formation ex.e.r.ce au Centre chorégraphique national de Montpellier. Il travaille avec de nombreuses et nombreux chorégraphes parmi lesquel·le·s Mathilde Monnier, Alain Buffard et Daniel Larrieu. De 2001 à 2008, il travaille avec quatre autres artistes au sein du Clubdes5, collectif de danseur·euse·s-interprètes. Mickaël Phelippeau développe ses projets chorégraphiques depuis 1999. En parallèle, il poursuit une démarche à géométrie variable, convoquant différents champs et média et s’inscrivant dans des contextes divers. Depuis 2003, il axe principalement ses recherches autour de la démarche bi-portrait, prétexte à la rencontre. En 2008, il crée la pièce chorégraphique bi-portrait Jean-Yves puis bi-portrait Yves C. qui sont l’occasion de poser la question de l’altérité sous forme de portraits croisés, le premier avec Jean-Yves Robert, curé de Bègles, le second avec Yves Calvez, chorégraphe d’un cercle de danse traditionnelle bretonne. En 2010, il crée Round Round Round (film dans lequel a lieu une fête de village mais sans fête ni village); en 2011 Numéro d’objet (quatuor de femmes interprètes depuis les années 80 pour lesquelles la question de la carrière et de la génération est à présent une donne incontournable) et The Yellow Project; en 2012 Sueños (duo de et avec la chanteuse Elli Medeiros) et Chorus (pièce pour 24 choristes); en 2013 enjoy the silence (duo de et avec l’auteur Célia Houdart); en 2014 Pour Ethan (solo pour l’adolescent Ethan Cabon) et Set-Up (pièce pour 4 danseurs, 4 musiciens et 1 régisseuse lumière); en 2015 Llámame Lola (solo pour l’artiste chorégraphique Lola Rubio) et Avec Anastasia (solo pour l’adolescente Anastasia Moussier); en 2016 Membre fantôme avec le sonneur de cornemuse Erwan Keravec dans le cadre des sujets à vifs du Festival d’Avignon; en 2017, Footballeuses (avec dix femmes pratiquant le football), Mit Daudi (avec Daudi Simba, sur une commande du Theater Freiburg) et Soli (avec le ténor Renaud Mascret); en 2018, Ben & Luc (duo pour deux danseurs burkinabè) et Lou (solo pour la danseuse Lou Cantor). Sa dernière pièce, Juste Heddy a été créée au Merlan, scène nationale de Marseille en mars 2019. Il mène également des projets parallèles tels que des expositions ou les Portraits Fantômes qui sont l’occasion d’investir trois logements en l’absence de leurs habitant·e·s. Depuis 2010, Mickaël Phelippeau est directeur artistique de la manifestation À DOMICILE à Guissény en Bretagne (prenant la suite du chorégraphe Alain Michard) où il invite des chorégraphes en résidence à travailler avec les habitant·e·s du village. Il a été artiste associé au Quartz, Scène nationale de Brest (2011 - 2014) et au Théâtre de Brétigny, Scène conventionnée (2012 - 2016), à L’échangeur, Centre de Développement Chorégraphique National des Hauts-de-France (2016 - 2018) ; en résidence au Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée danse de Tremblay-en-France dans le cadre de « Territoire(s) de la danse » (2016) ; artiste complice du Zef, Scène nationale de Marseille (2016 - 2019) ; artiste compagnon au Centre Chorégraphie National de Caen en Normandie (2016 - 2019). Il est actuellement en résidence à l’Espace 1789, Scène conventionnée danse de Saint-Ouen, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis (2019 - 2020).

Précedent
Suivant
Précédent
Suivant
Image 1/7