Danse

Festival d’Automne à Paris

Du 29 au 30 septembre 2022

1h10

Plateau 1

Éléphant

Bouchra Ouizguen (Maroc)

Ce spectacle, Bouchra Ouizguen l’a rêvé pour des femmes extra-ordinaires qu’elle aurait pu croiser au détour d’une rue ou lors d’un voyage. Accompagnée de sa fidèle équipe, elle continue de tisser des liens entre art populaire marocain et formes contemporaines. Née à Ouarzazate, Bouchra Ouizguen est l’une des figures de proue de la danse contemporaine au Maroc, où elle s’est engagée dans le développement d’une scène chorégraphique locale. Elle est de retour au T2G pour présenter sa nouvelle création, Éléphant, un corps collectif qui naît des chorégraphies fragmentées d’artistes - musiciennes, danseuses - issues de sa compagnie, donnant leur identité et leur voix à cet être mouvant. Le son et la musique participent de cette métaphore rêvée en convoquant notamment des chants puisés dans le répertoire populaire marocain, véritables richesses sonores qui tendent à disparaître : comme l’éléphant lui-même qui pourrait disparaître d’ici la fin de la décennie. De quoi s’interroger et porter un regard attentif sur toutes les formes de culture et de vie qui nous entourent.

Direction artistique : Bouchra Ouizguen Avec : Milouda El Maataoui, Bouchra Ouizguen, Halima Sahmoud, Joséphine Tilloy Scénographie lumineuse : Sylvie Mélis Régie son : Chloé Barbe Administration, production : Mylène Gaillon Production : Compagnie O Production déléguée de la tournée française : Festival d’Automne à Paris Avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings Coproduction : Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) ; Festival Montpellier Danse ; Les Spectacles vivants – Centre Pompidou (Paris) ; Wiener Festwochen ; Cultural Foundation – Abu Dhabi, AFAC – Arab Fund for Arts and Culture (Beyrouth) ; HAU Hebbel am Ufer (Berlin) ; Emilia Romagna Teatro Fondazione (Modène) ; Kampnagel (Hambourg) ; Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Maroc ; Festival d’Automne à Paris Coréalisation : T2G Théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National ; Festival d’Automne à Paris ; Les Spectacles vivants – Centre Pompidou, Paris Avec le soutien de l’Onda, Office National de Diffusion Artistique Spectacle créé le 18 mai 2022 au Kunstenfestivaldesarts, Bruxelles, Belgique
Précedent
Suivant
Précédent
Suivant
Image 1/6

Crédits image :

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Crédits image :

Tala Hadid

Tala Hadid

Bouchra Ouizguen

Bouchra Ouizguen est une danseuse et chorégraphe marocaine née en 1980 à Ouarzazate. Elle vit et travaille à Marrakech où elle s’est engagée dans le développement d’une scène chorégraphique locale depuis 1998. Danseuse autodidacte dès l’âge de 16 ans, elle crée ses premières pièces expérimentales telles que Ana Ounta ou Mort et moi nourries par ses intérêts pour le cinéma, la littérature, la musique… En 2010, elle fonde la Compagnie O et reçoit, cette même année, en France, le prix de la révélation chorégraphique de la société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et le prix du syndicat de la critique Théâtre Musique Danse avec le libérateur Madame Plaza, où elle partageait la scène avec des artistes issues de la tradition des Aïtas. Elle crée ensuite des œuvres chorégraphiques au Festival d’Avignon ou encore au Festival Montpellier Danse mais propose également d’autres formes artistiques telles que les vidéos « Corbeaux » et « Fatna », présentées dans le cadre d’une installation au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille en 2017. Bouchra Ouizguen s’inspire alors des notions d’inconnu, de rêves, de fragilité, de vérités, de masques, au cœur de l’existence, lesquelles ne cessent de contaminer son imaginaire créatif, lui-même imprégné de rencontres au croisement d’une rue ou d’un voyage. Pour la chorégraphe, « Une pièce surgit aussi bien du vide et du silence que du chaos de (s)on esprit et des doutes qui l’envahissent… ».