Théâtre Artiste associé

Re-création

Du 10 au 16 juin 2022

1h30

Passé - Je ne sais où, qui revient

Lazare

Une femme habite le lieu du souvenir. La disparition de son père, parti manifester le 8 mai 1945 à Guelma en Algérie, est devenue une rêverie pour l’éternité. Son fils Libellule est acteur, sa tête est un lieu de réunion. À la frontière de la veille et du sommeil, il recrée l’univers. Autour de son lit (qu’il ne quitte plus) flotte la voie lactée, les morts bondissent, deviennent flammes, pensées dévorantes. Dix ans après sa création, Lazare et Anne Baudoux refont avec de jeunes comédiens tout juste sortis de l’école du Théâtre National de Strasbourg la traversée de ce premier volet d’une trilogie théâtrale sur la mémoire refoulée et les trous de l’histoire de France.

Texte et mise en scène : Lazare En collaboration avec : Anne Baudoux Assistés par : Simon-Elie Galibert Interprètes : Océane Cairaty, Paul Fougère, Simon-Elie Galibert, Romain Gneouchev, Ferdinand Régent-Chappey, Yanis Skouta, Claire Toubin Scénographie : Estelle Deniaud Costumes : Aliénor Durand Création lumière : Simon Drouart, Bruno Brinas Création son : Vincent Dupuy Régie générale et plateau : Yoan Weintraub Régie lumière : Bruno Brinas Régie son : Jonathan Reig Le spectacle a été crée en mai 2018 pour L’autre saison au Théâtre National de Strasbourg avec les élèves comédien.ne.s, scénographes-costumier.e.s, régisseurs-créateurs du groupe 44. Production : Vita Nova avec le soutien de l’école du TNS Avec le soutien du JTN Lazare est artiste associé au T2G - Théâtre de Gennevilliers. En 2007, Passé - je ne sais où qui revient, a reçu le soutien du Centre National du Livre et du Centre National du Théâtre. La pièce est éditée aux Voix Navigables.
Vendredi
10.06
20h
Samedi
11.06
18h
Dimanche
12.06
16h
Mardi
14.06
20h
Mercredi
15.06
20h
Jeudi
16.06
20h

Tarifs à partir de 6 € / 10 € pour tou·te·s avec le pass T2G !
Suivez-nous sur instagram et photographiez votre visite avec #T2Gennevilliers

Lazare

Né en 1975, Lazare est auteur, improvisateur, metteur en scène, et réalisateur. Le chemin de l’écriture passant d’abord par l’oralité, Lazare développe depuis toujours une pratique de l’improvisation seul ou accompagné de musiciens. Entre 2006 et 2010, il est régulièrement l’invité du festival La voix est libre aux Bouffes du Nord à Paris. Son duo avec le musicien Benjamin Colin Les chambres de hasard participe au projet franco-malien de la Fondation Royaumont Du griot au slameur (oralités anciennes-oralités urbaines, avec le musicien Balaké Sissoko), ainsi qu’à Tumulus, chemin géo-poétique , voyage-rencontre en Europe de l’est. À cette occasion, il fait la connaissance du chorégraphe Josef Nadj qui l’invite à danser dans le spectacle Cherry Brandy. Depuis 2017, en duo avec la danseuse-chorégraphe Jann Gallois il présente une série de performances L’éclosion des gorilles au cœur d’artichaut (Sujet à vif – Festival d’Avignon) puis Éros en confinement des improvisations sur mythe de Psyché (parvis de l’Espace Cardin – festival un été particulier Paris) En 2008, Lazare fonde sa compagnie VITA NOVA et réunit autour de lui une constellation d’interprètes pluridisciplinaires. Il se concentre alors à la réalisation d’une première trilogie, l’épopée d’une famille entre France et Algérie, un théâtre avant tout poétique et musical dont les motifs principaux sont la mémoire refoulée et les trous de l’histoire de France : Passé - je ne sais où, qui revient (2009) évoque les manifestations de Guelma en Algérie en mai 1945 ; Au pied du mur sans porte (2011) chemine sur la trajectoire d’un enfant dans une banlieue française; Rabah Robert - touche ailleurs que là où tu es né (2013) part sur les traces d’un père, de la conquête coloniale à la guerre d’Algérie. En 2014, Lazare s’éloigne de la grande fresque épique pour ses Petits contes d’amour et d’obscurité – deux récits burlesques et tragiques pour une circassienne et six acteurs. En 2017, artiste associé au Théâtre National de Strasbourg et au T2G, Il commence une nouvelle série théâtrale, musicale et cinématographique avec Sombre rivière, cabaret mené tambour battant pour conjurer les idéologies mortifères après les attentats de Paris, suivi en 2019 de Je m’appelle Ismaël, pièce d’anticipation et manifeste de résistance de l’image poétique. Les textes des pièces sont édités aux Voix Navigables et Les Solitaires Intempestifs. Lazare encadre régulièrement des ateliers de médiation artistique pour amateurs ainsi que des formations professionnelles auprès des nouvelles générations d’interprètes.

Crédits image :

Jean-Louis Fernandez

Crédits image :

Jean-Louis Fernandez

Jean-Louis Fernandez

Crédits image :

Jean-Louis Fernandez

Crédits image :

Jean-Louis Fernandez

Jean-Louis Fernandez